Archives de catégorie : Méditation

L’occidental et le salafiste quiétiste [partie 4] – Le Coran

Je poursuis l’interrogation de l’Islam, cette fois sans répondre aux textes de mon contradicteur. Je vais m’intéresser dans ce billet au Coran, qui est la source principale de l’Islam.

Le Coran est aujourd’hui un livre, mais c’était (selon la tradition musulmane) une récitation des paroles révélées par Dieu à Muhammad par l’ange Gabriel. Cette récitation était ensuite communiquée par Muhammad à ses fidèles qui mémorisaient ces paroles (versets) parfois dans des variantes différentes (mais toutes justes selon Muhammad).

Le Coran est composé de 114 chapitres, appelés sourates, qui sont classés non par ordre chronologique mais par taille des sourates (de la plus longue à la plus courte) à l’exception de la première sourate Al-Fatiha (l’ouverture) qui est la prière récitée plusieurs fois par jour par chaque Musulman. Le Coran n’est pas très long à lire (77934 mots) c’est 12,6 fois moins que la Bible (protestante) et environ 13 fois moins que la Bible catholique (qui contient 6 livres supplémentaires).

Malgré sa petite taille, le Coran est très peu lu par les musulmans eux-mêmes, à l’exception des orthodoxes (et encore je ne suis pas sûr qu’ils lisent le Coran plus que la Sunnah). Il faut dire que le Coran n’est pas un récit avec un début et une fin, c’est un « patchwork » d’histoires, d’imprécations, de normes et de considérations théologiques. Bref, lire le Coran de la première à la dernière page est un exercice fastidieux que peu de gens font. Toutefois ce travail mérite d’être fait, et même d’être fait deux fois: d’une part dans l’ordre canonique et ensuite dans l’ordre chronologique de la révélation (selon l’ordre officiel d’al Azhar)

Continuer la lecture

L’occidental et la salafiste quiétiste [Partie 3] – L’unicité de Dieu (at-Tawhid)

(les liens des billets de mon contradicteur sont dans les commentaires du billet précédent)

Dans cette troisième partie nous entrons dans une dimension très importante du clivage entre l’islam et le christianisme dont les répercussions planétaires sont innombrables et souvent dramatiques : la question de l’unicité de Dieu.

Pour les musulmans cette question est primordiale, c’est à dire qu’elle tient la première place : l’unicité de Dieu (tawhid) : Dieu est unique et sans associé ou encore il n’y a qu’un seul Dieu.

Le corollaire de ce dogme c’est que tout ce qui serait contraire à la stricte unicité de Dieu constitue un péché extrêmement grave (shirk) qui consiste à associer d’autres dieux ou d’autres êtres à Dieu.

Le Coran est extrêmement ferme aux sujets des associateurs, prenons quelques versets à ce sujet :

Sourate 4 (Post-Hégire, sourate Médinoise)

-verset 48 : «  Certes Allah ne pardonne pas qu’on Lui donne quelqu’associé. A part cela, Il pardonne à qui Il veut. »

Sourate 5 (Post-Hégire, sourate Médinoise)

– verset 72 : « Quiconque associe à Allah (d’autres divinités) Allah lui interdit le Paradis; et son refuge sera le Feu. Et pour les injustes, pas de secoureurs ! »

-verset 73 : « Et s’ils ne cessent de le dire (d’être associateur), certes, un châtiment douloureux touchera les mécréants d’entre eux ».

verset 77 : « Dis : « ô gens du Livre, n’exagérez pas en votre religion, s’opposant à la vérité. Ne suivez pas les passions des gens qui se sont égarés avant cela, qui ont égaré beaucoup de monde et qui se sont égarés du chemin droit ».

Sourate 8 (Post-Hégire, sourate Médinoise)

-verset 39 : « Et combattez-les (les mécréants) jusqu’à ce qu’il ne subsiste plus d’association, et que la religion soit entièrement à Allah ». [Ce verset du sabre est très important car il est abrogeant pour de nombreux versets antérieurs]

Sourate 9 (Post-Hégire, sourate Médinoise)

-verset 1 : « Désaveu de la part d’Allah et de Son messager à l’égard des associateurs avec qui vous avez conclu un pacte ».

-verset 3 : « Et proclamation aux gens, de la part d’Allah et de Son messager, au jour du Grand Pèlerinage, qu’Allah et Son messager, désavouent les associateurs. Si vous vous repentez, ce sera mieux pour vous. Mais si vous vous détournez, sachez que vous ne réduirez pas Allah à l’impuissance. Et annonce un châtiment douloureux à ceux qui ne croient pas ».

-verset 4 : « A l’exception des associateurs avec lesquels vous avez conclu un pacte, puis ils ne vous ont manqué en rien, et n’ont soutenu personne (à lutter) contre vous : respectez pleinement le pacte conclu avec eux jusqu’au terme convenu. Allah aime les pieux ».

-verset 5 : « Après que les mois sacrés expirent, tuez les associateurs où que vous les trouviez. Capturez-les, assiégez-les et guettez-les dans toute embuscade. Si ensuite ils se repentent, accomplissent la Salat et acquittent la Zakat, alors laissez-leur la voie libre ». [Ce verset du sabre est très important car il est abrogeant pour de nombreux versets antérieurs]

verset 14 : « Combattez-les. Allah, par vos mains, les châtiera, les couvrira d’ignominie, vous donnera la victoire sur eux ».

Nous voyons à la lecture de ces versets, qui ne sont pas exhaustifs de tous les versets qui évoquent l’association, que la sentence est claire pour qui commet le Shirk, l’association.

Continuer la lecture

Si j’étais musulman…

Si j’étais musulman, pas un orthodoxe salafiste ou un frère musulman, non, juste un gars élevé  dans une tradition et une spiritualité qui ouvre à la transcendance et éduque à la paix, bref si j’étais ce musulman j’aurais les boules, grave les boules même comme disent les jeunes.

Continuer la lecture

La vie à la source

L’époque n’est plus à la rigolade et dans ce monde désenchanté l’écho médiatique a le timbre de l’apocalypse: crise morale, crise sociale & politique, crise économique, guerre, terrorisme, pandémies, pollution &réchauffement climatique… Chacun doit boire jusqu’à la lie la coupe de l’actualité et trouver par lui-même l’espérance nécessaire à sa survie. L’Homme se cherche une raison de vivre et nombreux sont ceux qui ne la trouve pas ou se perdent sur d’obscurs chemins dans un improbable désir de développement ou d’accomplissement personnel.

Ce qui me choque c’est de constater chaque année l’augmentation du nombre d’enfants en souffrance d’humanité. Si même les enfants perdent l’innocence de leur âge l’heure est grave.

Tandis que les marchands continuent de produire et de vendre des illusions de bonheur comme ces charlatans de western vendant leurs potions, l’homme se détourne du principe fondamental de son existence qui n’est pas remède ou solution mais source de la vie.

Et si nous revenions à la source?

Continuer la lecture

L’hiver du monde

Je romps plusieurs mois d’un silence que je m’étais imposé avec l’entrée en vigueur du nouveau code déontologie, pour lequel je ne voulais pas faire l’inauguration d’une jurisprudence. Je m’en tiendrais donc à des propos mesurés.

Des populations se meurent sous les bombes des états ou la folie barbare de rebelles fondamentalistes dans un étourdissant silence légèrement perturbé par une indignation feutrée. L’hiver du monde, pour reprendre le titre d’un roman de Ken Folett, s’abattrait-il à nouveau sur nos têtes?

Quelle différence y-a-t-il entre les évènements de Gaza, d’Ukraine, d’Irak, du nord Sahel, d’Egypte et de tous les pays où des populations souffrent?

IL N’Y A AUCUNE DIFFÉRENCE LA CAUSE EST PARTOUT IDENTIQUE.

On peut lire des centaines d’analyses sur les causes des conflits qu’ils soient de courte durée et à l’échelle d’une ville (Sarcelles) ou qu’ils soient à l’échelle d’un pays, d’un continent, du monde même. Ces analyses seront fausses si elle ne prennent pas en compte le moteur même de tous les conflits: LE REFUS DU PARTAGE.

Ce n’est donc pas une question de nationalisme, de religion ou d’histoire, c’est une question d’argent, de pouvoir et de gloire et ceux qui poursuivent ces buts utilisent les notions identitaires, ethniques ou religieuses, pour accroître leurs possessions, leur domination ou satisfaire leur ego.

Pourquoi l’EIIL en Irak veut instaurer un califat moyenâgeux? Parce que les pays arabes disposent de richesses inouïes possédées par une minorité, sans partage. Le replis vers le mythe religieux d’un califat doré où chaque musulman vivait heureux devient le motif qui légitime une violence barbare au détriment des populations chrétiennes ou chiites.

Pourquoi Israël met tout en œuvre pour conserver sa puissance territoriale? Parce qu’un état moderne doit disposer des moyens de son auto suffisance, agraire (donc terre & eau) et énergétique. Pensez-vous que le gouvernement israélien est disposé à partager voir à céder des ressources en eau et des terres? Dans cette zone aride, celui qui contrôle l’eau a le pouvoir.

Croyez-vous qu’il y ait une différence avec le conflit entre l’Ukraine et la Russie? L’approvisionnement en gaz naturel Russe, de toute l’Europe, passe par l’Ukraine, l’enjeu et encore une fois l’argent et le pouvoir.

Croyez-vous que cela soit différent dans les conflits économiques, sociaux, etc ? Non, bien entendu. Le conflit naît d’un refus de partage qui devient refus d’écoute et de négociation et qui dégénère en frustration puis en haine.

Lorsque nous considérons ceci et que nous mesurons à l’aune du partage en vue du bien commun l’expression politique, française ou étrangère nous prenons conscience de ce que nous sommes bien souvent gouvernés non par des personnalités altruistes mais par des hommes et de femmes, qui, dans leur faiblesse, se laissent soumettre aux trois marches du chaos: l’argent, la gloire, le pouvoir.

Et nous? N’avons nous pas quelques ambigüités avec le partage?

Il faut relire avec un sentiment d’urgence Paul Ricoeur et Marcel Hénaff. Cette lutte pour la reconnaissance et l’économie de don est la véritable urgence du siècle et un appel à l’aventure pour l’Homme, c’est à dire les hommes et les femmes d’audace et de don.

Il s’agit d’un passage, celui de l’économie d’échange à l’économie de partage voire à un niveau supra-éthique qui est celui de l’économie de don.

Rien ne meurt, mais tout doit passer par la mort.Il faut mourir pour vivre. Si tout ne nous est pas enlevé, nous ne saurions jamais que tout nous a été donné.
d’après J. Bastaire

 

 

La louange onction de l’Esprit Saint

Entrez dans la louange, recevez l’Esprit Saint

Je poursuis ma méditation sur la foi, après les deux billets précédents, ici et, qui ont vu leur lectorat croître significativement grâce à un « retweet » de Koztoujours, qu’il en soit vivement remercié.

Dans ces billets j’essayais de mettre en relief l’eucharistie comme lieu de rencontre et d’échange avec le Fils et le sacrement de pénitence et de réconciliation comme relation intime avec le Père. Il serait réducteur de limiter les possibilités de rencontre du Père et du Fils à ces seuls sacrements, mais elles sont dans ces sacrements, signes efficaces de la parole prononcée, une réalité tangible vécue dans la foi qui nous porte à la joie et à la louange.
Ce qui est bien avec l’eucharistie et avec le sacrement de réconciliation c’est que l’on peut y revenir souvent, et donc vivre cette intimité tangible au Père et au Fils à une fréquence régulière.
Du coup je me demande quel est le sacrement auquel je peux revenir avec la même fréquence et qui soit le lieu de cette rencontre avec l’Esprit Saint ?
En effet, le sacrement de baptême, celui de la confirmation du mariage ou de l’ordination sont donnés une fois pour toute. Voilà l’objet de cette nouvelle méditation:

La louange ne serait-elle pas le « sacrement* » où se vit la rencontre avec l’Esprit Saint ?

* au sens de signe efficace

Continuer la lecture

La miséricorde de Dieu, une rencontre avec le Père

« Amour et vérité se rencontrent, justice et paix s’embrassent »

L’Église proclame chaque année dans l’exultet de Pâques: « Heureuse faute d’Adam qui nous a valu un tel rédempteur » c’est donc un mystère joyeux, celui de la miséricorde divine, qui resplendit dans nos ténèbres et qui est rencontre intime et personnelle avec le Père, dont j’ai envie de vous parler.

Dieu est amour, Dieu n’est qu’amour, comme nous l’avons vu dans le billet précédent. Cet amour infini est la source de notre vie et de notre liberté. Dieu ne peut pas s’opposer à l’être aimé, et son appel, son espérance c’est que nous vivions de cet amour, c’est à dire par Lui, avec Lui et en Lui.

Continuer la lecture

L’essentiel de l’essentiel

Hier le compte twitter du Pape, @pontifex_fr, nous exhortait au partage de notre foi:

En cette Année de la foi, rappelons-nous que la foi n’est pas notre propriété, mais qu’elle doit être partagée. Tout chrétien est un apôtre

— Pape François (@Pontifex_fr) July 18, 2013

C’est dans cette optique que je voudrais tenter de m’inscrire en commençant par un billet sur la foi en forme d’hommage au Père jésuite François Varillon.

Continuer la lecture