Quel GENDER pour la morale laïque?

La révolution française a échoué, la IIème république a échoué alors les républicains se sont interrogés: pourquoi avons-nous échoué?
A cause de l’Église bien sûr! cette odieuse Heure, fille de Dieu Zeus, moraliste, conservatrice et réactionnaire. Nous, Républicains avons fait une révolution matérielle mais nous avons laissé à l’Église catholique la gestion du spirituel et de la morale.
Il faut donc que la République (celle d’aujourd’hui) se substitue à l’Église, qu’elle forme sa propre religion laïque, pour éduquer le peuple dans la droite vertu Républicaine. Ses temples seront les écoles, ses prophètes les enseignants, ses disciples les élèves!

Si vous pensez qu’il y a un brin d’exagération je n’y suis pour rien voici les vidéos de l’auteur: ici ou (j’aime bien à 2’38: « C’est la preuve qu’on ne pourra jamais construire un pays de liberté avec la religion catholique » sic)

Dans un entretien au JDD en septembre dernier le même homme disait: « Le but de la morale laïque est de permettre à chaque élève de s’émanciper, car le point de départ de la laïcité c’est le respect absolu de la liberté de conscience » (…) « Pour donner la liberté du choix, il faut être capable d’arracher l’élève à tous les déterminismes : familial, ethnique, social, intellectuel, pour après faire un choix ».

Pas étonnante donc la surdité des hérauts républicains face à la foule poignée d’illuminés immoraux (d’après le comptage officiel) qui insulte depuis quelques mois le progrès social et la vertu républicaine. Cette étonnante surdité n’est d’ailleurs qu’un moyen pédagogique pour arracher ces sous-citoyens à leurs déterminismes familiaux, culturels et religieux.

Il ne faut pas s’arrêter à des détails mais poursuivre l’effort en s’appuyant sur les forces vives du progrès: l’entente professorale vertueuse (SNUIPP-FSU) et les fidèles serviteurs de la morale Républicaine et de la devise nationale: les associations LGBT inconditionnellement soutenues par le sponsor officiel de la bien-pensance et de la morale laïque.

Il faut donner corps à cette morale laïque et pour enseigner arracher les enfants à leurs déterminismes respectifs et porter haut les valeurs d’égalité de liberté et de fraternité, l’entente vertueuse ne manque pas d’idées (<– Demandez le programme!) ni de ressources bibliographiques.

Ce n’est qu’un début, il s’agit juste de lutter contre de vieux stéréotypes éculés, qui blessent l’humanisme Républicain. Si l’on s’en tient juste à quelques contributeurs de ce noble programme et si l’on cherche un peu on peut trouver la suite. Ainsi parmi les contributeurs du document « lutter contre l’homophobie » nous trouvons un certain Philippe Clauzard, fondateur de HomoEdu devenu RespectEdu qui pense que l’école doit enseigner les sexualités aux jeunes enfants. On ne sera pas étonné de trouver dans ce manifeste ainsi que dans le projet éducatif de RespectEdu la référence à Alfred C Kinsey dont les rapports sur la sexualité des hommes et des femmes ont forgé la révolution sexuelle. Il aura fallu attendre des années avant que des biographies et des témoignages (vidéo en anglais) ne révèlent la véritable et atroce activité du personnage: pédophile masochiste & chantre d’une sexualité sans limite. Cinquante ans après les publications des Rapports Kinsey, James H. Jones, professeur d’histoire à l’Université de l’Arkansas, publie en 1997 une biographie de Kinsey que le quotidien Le Monde du 15 mars 1998 qualifie d’iconoclaste et qui, selon l’auteur de l’article, remet en question et l’homme et ses découvertes :

« Alfred Kinsey devient le grand-prêtre de la sexologie. Aux États-Unis et en Grande- Bretagne, son rapport fera autorité pendant plus de quarante ans. Jusqu’à cette biographie iconoclaste de James Jones, publiée en novembre 1997, qui révèle le jardin secret du « bon » Alfred Kinsey. Car derrière le « Dr Jekyll » se cache un « Mr. Hyde »: un homosexuel sadomasochiste cohabite avec le scientifique respecté, travailleur infatigable, bon père, bon époux. »

— Laurent Zecchini

Le quotidien publie aussi le même jour une interview de Edward Laumann dans laquelle le sociologue dit entre autres :

« Kinsey présume qu’il y a une sorte de signification fondamentale de l’homosexualité dans le fait que quelqu’un qui est pour l’essentiel hétérosexuel, mais qui a eu une expérience homosexuelle, est en réalité homosexuel, ce qui me paraît très contestable… Il a sélectionné des gens qui étaient prêts à parler du sexe selon leurs propres attirances sexuelles. L’un des principaux résultats de son rapport a été de normaliser des attitudes sexuelles très variées. Ce faisant il a donné une sorte de permission générale faisant disparaître réticences et tabous… »

— Selon le professeur Edward Laumann, sociologue de l’université de Chicago, interviewé par Laurent Zecchini

Heureusement que nous avons le journal « Le Monde » (et aussi Libé) pour rétablir la vérité et défendre la vertu.

Je ne sais pas pour vous, mais en ce qui me concerne je m’inquiète un peu, même si au fond de moi je pense pouvoir transmettre à mes cinq enfants des valeurs bien plus profondes, qui, outre le respect des personnes et de la démocratie se veulent depuis plus de 2000 ans le socle de l’édification d’une liberté intérieure qu’aucune morale laïque ne saurait approcher.

Pour compléter mon billet je vous en offre un deuxième sur le blog de zardovoz

 

 

Vous avez aimé? partagez-le:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *