Flic ou voyou?

Ce soir en remontant ma time line sur twitter, je tombais sur ce tweet de maître Eolas:

Le lien de Me Eolas fait démarrer la vidéo à 8m9s mais je vous conseille de la regarder en entier, car il y a dans cette vidéo des éléments très choquants qui caractérisent des actes de délinquance dont certains sont commis par des policiers, mais moi ce n’est pas la même scène qu’Eolas qui me choque.


J’ai le sentiment que cette vidéo a été monté dans l’ordre chronologique vu que les déplacements de la caméra sur les Champs Élysée puis sur l’avenue de la Grande armée sont cohérents voici donc une succession d’évènements tels qu’ils apparaissent dans le film:

1:58 Sur les trottoirs ça court
2:00 Des policiers devant une vitrine reçoivent des projectiles et des pétards
2:45 Plusieurs scooter à terre, une vitrine cassée
3:50 Ordre de dispersion
4:20 Charge
5:42 Une section traverse en courant la place de l’étoile
6:55 Des effectifs en civil traversent la place de l’étoile vers l’avenue de la Grande armée
7:00 Les effectifs en civil foncent sur un groupe, coups de pieds
8:00 Évènement marquant pour Me Eolas: Les effectifs en civil courent vers un magasin de scooter (Au moins 4 individus sortent du magasin et deux sont interpellés)

Nous avons donc une vidéo qui présente un rassemblement dense, sur les Champs Élysées, de supporters manifestant leur joie après la victoire de leur équipe de football. Après deux minutes de vidéo un mouvement de foule qui court puis des policiers qui se déplacent vers une vitrine. Au sol des débris, les policiers reçoivent des projectiles et des pétards. Puis les images montrent dans la rue adjacente, des scooters couchés au sol et une vitrine brisée.

A ce stade on peut dire que le contexte devient extrêmement tendu, des centaines de personnes sont rassemblées dont certaines avec une volonté manifeste d’en découdre, de commettre des dégradations et des vols. Puis à 3:50 on voit les véhicules de la gendarmerie sur les Champs et un officier faire les sommations d’usage (L211-9 du code de la sécurité intérieure). Dès lors on bascule du maintien de l’ordre public au rétablissement de l’ordre . L’article L211-10 du code de la sécurité intérieure indique que « L’Etat est civilement responsable des dégâts et dommages résultant des crimes et délits commis, à force ouverte ou par violence, par des attroupements ou rassemblements armés ou non armés, soit contre les personnes, soit contre les biens(…) » C’est dire si là on ne rigole plus, mais alors plus du tout. Les personnes qui malgré les sommations restent sur place encourent les peines prévues aux articles 431-3 à 431-8 du code pénal. Toutes les personnes, hors forces de l’ordre, que vous voyez sur cette vidéo à compter de cet instant sont donc en infraction et encourent jusqu’à un an d’emprisonnement et 15.000€ d’amende (ndlr: même tarif que pour les #veilleurs).

Après une première charge, et des poursuites par des effectifs en civil dans une rue adjacente, on voit les gendarmes progresser vers la place de l’étoile, les Champs Elysées sont vides. La police parisienne semble avoir été prise de court, car les voitures circulent sur la place de l’Etoile (ils n’avaient sans doute pas anticipé une victoire du PSG).

Quelques images plus tard (5:43), la place est vidée des véhicules civils et les camions de la gendarmerie y pénètrent tandis que les gendarmes mobiles traversent la place en courant. De l’autre côté de l’Arc de triomphe, des voitures sont encore présentes, et des groupes de supporters sont positionnés au niveau de la Grande armée. A 6:56 des policiers en civil traversent en direction de la Grande armée et repoussent avec fermeté les jeunes présents. A 7:50 ils reçoivent des projectiles. A 8:00 ils se dirigent en courant vers un magasin de scooter et procèdent à l’interpellation de deux des 4 ou 5 jeunes qui ont pénétrés à l’intérieur (vol par effraction).

Ce qui choque Me Eolas, c’est que les policiers frappent des hommes à terre, et cela vous choque aussi j’imagine. Un homme à terre est réputé inoffensif, et doit donc être traité comme une personne maitrisée… #Bullshit ! Il reste extrêmement dangereux, même à terre, tant qu’il n’est pas menotté, palpé, embarqué dans le véhicule de police et à une certaine distance de ses congénères. J’ai trop de collègues qui ont été blessé sur ce type d’intervention pour laisser le doute s’insinuer à ce sujet. Dans le contexte de cette soirée, et dans le climat qui précède cette scène, la tension est à son paroxysme, l’intervention n’a rien de simple, 50 personnes ou plus peuvent jaillir à tout instant pour soustraire ces jeunes à leur interpellation. Les coups portés n’ont pas vocation à blesser ou tuer les personnes, mais à anéantir toute velléité de résistance de leur part.

Ceci dit, à l’occasion d’un procès pénal, cette vidéo serait une affaire pour l’avocat de la défense. L’image est forte et sublime magnifiquement l’idée que ces policiers agissent d’une manière peu déontologique… de là à mettre ces policiers en examen, pour des violences volontaires ayant entrainé (ou pas) une ITT de moins de 8 jours, il n’y a qu’un pas que de nombreux magistrats franchissent sans état d’âme.

Il y a pourtant dans cette vidéo quelque chose de bien plus choquant, l’avez-vous vu? Cela se passe très vite, l’action dure une dizaine de secondes entre 7:02 et 7:14. On y voit un jeune près d’un arbre, ne présentant pas d’hostilité particulière. Un policier s’approche de lui et essaye de lui prendre son écharpe, l’homme résiste, retient son écharpe, plusieurs policiers l’entourent et l’un deux va lui porter deux coups de pieds. Malgré sa résistance, le policier repartira avec l’écharpe.

Photo 1 12mai_Champs_3 12mai_Champs_7 Photo1

Ces faits sont très graves, ils constituent à minima un vol aggravé au sens de l’article 311-4 du code pénal:
Le vol est puni de cinq ans d’emprisonnement et de 75 000 euros d’amende :
1° Lorsqu’il est commis par plusieurs personnes agissant en qualité d’auteur ou de complice, sans qu’elles constituent une bande organisée ;
2° Lorsqu’il est commis par une personne dépositaire de l’autorité publique ou chargée d’une mission de service public, dans l’exercice ou à l’occasion de l’exercice de ses fonctions ou de sa mission ;

Les peines sont portées à sept ans d’emprisonnement et à 100 000 euros d’amende lorsque le vol est commis dans deux des circonstances prévues par le présent article.

Mais la justice peut aussi considérer que ces faits sont plutôt ceux décrits par l’article 311-8 du code pénal:

Le vol est puni de vingt ans de réclusion criminelle et de 150 000 euros d’amende lorsqu’il est commis soit avec usage ou menace d’une arme, soit par une personne porteuse d’une arme soumise à autorisation ou dont le port est prohibé.

Les policiers faisant usage du bâton de défense qui est une arme soumise à habilitation.

Tout cela pourquoi? Pour un malheureux trophée que les policiers accrocheront dans leur bureau, à leur mur de trophées. Ces murs sont fréquents dans certains bureaux de commissariats. A une certaine époque on confisquait, puisque la loi le prévoyait, tout ce qui portait une feuille de cannabis et certains bureaux regorgeaient d’objets variés ou d’affiches saisis. Aujourd’hui on confisque, sans base légale, des drapeaux de manifestants (CGT, CNT, … et même ManifPourTous) je ne trouve pas cela très glorieux ni déontologique mais là c’est pire et je voulais le dire.

Vous avez aimé? partagez-le:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *