Archives par étiquette : islam

Eid Mubarak!

La fête de l’Aïd El Kebir commence le lendemain du jour de Harafat, 2e jour jour du pèlerinage (Hajj) de la Mecque qui est le cinquième pilier de l’Islam.

Demain l’ensemble de la communauté musulmane fêtera l’Aïd qui consacre 3 jours de partages avec les pauvres, les voisins, la famille.

Si un voisin musulman vient sonner à votre porte et vous apporte un peu de mouton et quelques pâtisseries, ne lui claquez pas la porte au nez, souhaitez lui une bonne fête : « Eid Mubarak »

Souhaiter une bonne fête de l’Aïd aux musulmans est un enjeu de civilisation qui n’enlève rien à la corruption de l’Islam. C’est l’asymétrie de la relation qui finit par la transformer. Quand beaucoup de musulmans ont l’interdiction de s’associer aux fêtes des non musulmans soyons la lumière qui éclaire les ténèbres.

Le combat contre l’idéologie n’est pas un combat contre les personnes, choisir la relation et la discussion est le seul moyen de construire un avenir de paix.

Pour débattre il faut des repères, en voici quelques un sur le sacrifice d’Abraham et sur la Mecque.

Continuer la lecture

Voile, discrimination et laïcité… Lallab suite et fin

Je ne pensais pas continuer à écrire sur l’affaire Lallab mais j’ai reçu en commentaire du précédent article une affirmation du journaliste Laurent Grzybowski du journal chrétien La Vie (groupe Le Monde) à laquelle je souhaite répondre.

Voici son affirmation :

« Je vois cependant un point faible dans votre argumentation: vous affirmez que Lallab combat la laïcité. Cette affirmation relève me semble-t-il d’un postulat pour ne pas dire d’une posture. »

Avant de clore le sujet Lallab je voulais répondre à Laurent Grzybowski en précisant ma pensée.

Continuer la lecture

Fier d’être policier, j’ai honte d’être français

Je suis fier d’être policier, mais de plus en plus j’ai honte d’être français!

Je suis fier d’être policier! Depuis 20 ans je côtoie des gens extraordinaires, mes collègues! Ils se lèvent nombreux à 3h30/4h00 du matin pour être au travail à 4h50, ils assument jours après jours toutes les interventions de secours, dans des conditions parfois dramatiques. Ils sont mes héros: Policiers, c’est-à-dire: psychologues, négociateurs, assistantes sociales, secouristes, samu social, médiateurs, agents de surface, hôteliers, conseillers conjugaux, etc… Des héros ordinaires mais des personnes extraordinaires!

J’ai honte d’être français car depuis plusieurs jours la scène médiatico politique s’acharne sur ma profession d’une façon abjecte. Honnis soit cette France bien pensante, sûre de son fait, qui fait d’un fait divers malheureux, et non encore éclaircis par la justice, un amalgame honteux sur l’ensemble de la profession. Honnis soit ce distingué syndicat USM qui accroche à son « mur des cons » l’ensemble de la profession en soutenant les manifestations contre les prétendues violences policières. Honnis soit les politiques, ministres de l’intérieur et de la justice en tête, qui auraient pu taire les critiques en donnant en toute transparence la réalité des chiffres des violences policières et des révocations de policiers pour violence, en comparaison des violences subies par les forces de l’ordre au quotidien. Honnis soient ces people qui repoussent les limites de l’indécence dans leur tribune et honnis soient les médias stipendiés de l’anti-racisme qui ne voient même plus qu’ils font par leur bêtise le lit du populisme qu’ils redoutent tant!

Je suis fier d’être policier, car chaque jour, malgré ces attaques glauques je vois mes collègues poursuivre leurs missions avec abnégation et professionnalisme, ravalant  leurs légitimes ressentiments pour être au service de tous, sans distinction!

J’ai honte d’être français quand je vois l’hallali conduite par les associations anti-racistes (CCIF, LICRA, MRAP, LDH, PIR, SOS RACISME, ACAT, CRAN, etc) contre des penseurs et intellectuels comme Pascal Bruckner et Georges Bensoussan mais aussi Alain Finkielkraut ou Eric Zemmour parce qu’ils ont l’outrecuidance de dénoncer d’une part  le musellement de l’occident au nom d’une prétendue islamophobie et parce qu’ils rappellent d’autre part l’antisémitisme culturel et cultuel des musulmans qui n’est plus à prouver.

J’ai honte d’être français, quand un candidat à la présidentielle affirme en terre étrangère que la colonisation est un « crime contre l’humanité », pour satisfaire une finalité électoraliste, quand, dans ce même pays des intellectuels et des historiens affirment le contraire!

Bref j’ai honte de cette flagellation compassionnelle et réductrice de la vérité qui est devenue le fléau de notre société occidentale! Que les français relèvent la tête, notre histoire est emprunte d’ombres, mais aussi de grandeur, lorsque nous avons accédé à l’autonomie des colonies, nous avons laissé des pays équipés de routes, de ponts, de chemins de fers, d’hôpitaux, d’écoles… Qu’en reste-t-il aujourd’hui? Voilà la vraie question! Interrogez les peuples, les historiens, les intellectuels et surtout ceux qui sont laïcs et non les dirigeants islamistes et vous entendrez un autre son de cloche sur les prétendus crimes de la colonisation!

Aujourd’hui je suis toujours fier d’être un flic mais j’ai honte d’être français quand je vois ce révisionnisme et cette dhimmitude!

L’occidental et le salafiste quiétiste [partie 4] – Le Coran

Je poursuis l’interrogation de l’Islam, cette fois sans répondre aux textes de mon contradicteur. Je vais m’intéresser dans ce billet au Coran, qui est la source principale de l’Islam.

Le Coran est aujourd’hui un livre, mais c’était (selon la tradition musulmane) une récitation des paroles révélées par Dieu à Muhammad par l’ange Gabriel. Cette récitation était ensuite communiquée par Muhammad à ses fidèles qui mémorisaient ces paroles (versets) parfois dans des variantes différentes (mais toutes justes selon Muhammad).

Le Coran est composé de 114 chapitres, appelés sourates, qui sont classés non par ordre chronologique mais par taille des sourates (de la plus longue à la plus courte) à l’exception de la première sourate Al-Fatiha (l’ouverture) qui est la prière récitée plusieurs fois par jour par chaque Musulman. Le Coran n’est pas très long à lire (77934 mots) c’est 12,6 fois moins que la Bible (protestante) et environ 13 fois moins que la Bible catholique (qui contient 6 livres supplémentaires).

Malgré sa petite taille, le Coran est très peu lu par les musulmans eux-mêmes, à l’exception des orthodoxes (et encore je ne suis pas sûr qu’ils lisent le Coran plus que la Sunnah). Il faut dire que le Coran n’est pas un récit avec un début et une fin, c’est un « patchwork » d’histoires, d’imprécations, de normes et de considérations théologiques. Bref, lire le Coran de la première à la dernière page est un exercice fastidieux que peu de gens font. Toutefois ce travail mérite d’être fait, et même d’être fait deux fois: d’une part dans l’ordre canonique et ensuite dans l’ordre chronologique de la révélation (selon l’ordre officiel d’al Azhar)

Continuer la lecture

L’occidental et la salafiste quiétiste [Partie 3] – L’unicité de Dieu (at-Tawhid)

(les liens des billets de mon contradicteur sont dans les commentaires du billet précédent)

Dans cette troisième partie nous entrons dans une dimension très importante du clivage entre l’islam et le christianisme dont les répercussions planétaires sont innombrables et souvent dramatiques : la question de l’unicité de Dieu.

Pour les musulmans cette question est primordiale, c’est à dire qu’elle tient la première place : l’unicité de Dieu (tawhid) : Dieu est unique et sans associé ou encore il n’y a qu’un seul Dieu.

Le corollaire de ce dogme c’est que tout ce qui serait contraire à la stricte unicité de Dieu constitue un péché extrêmement grave (shirk) qui consiste à associer d’autres dieux ou d’autres êtres à Dieu.

Le Coran est extrêmement ferme aux sujets des associateurs, prenons quelques versets à ce sujet :

Sourate 4 (Post-Hégire, sourate Médinoise)

-verset 48 : «  Certes Allah ne pardonne pas qu’on Lui donne quelqu’associé. A part cela, Il pardonne à qui Il veut. »

Sourate 5 (Post-Hégire, sourate Médinoise)

– verset 72 : « Quiconque associe à Allah (d’autres divinités) Allah lui interdit le Paradis; et son refuge sera le Feu. Et pour les injustes, pas de secoureurs ! »

-verset 73 : « Et s’ils ne cessent de le dire (d’être associateur), certes, un châtiment douloureux touchera les mécréants d’entre eux ».

verset 77 : « Dis : « ô gens du Livre, n’exagérez pas en votre religion, s’opposant à la vérité. Ne suivez pas les passions des gens qui se sont égarés avant cela, qui ont égaré beaucoup de monde et qui se sont égarés du chemin droit ».

Sourate 8 (Post-Hégire, sourate Médinoise)

-verset 39 : « Et combattez-les (les mécréants) jusqu’à ce qu’il ne subsiste plus d’association, et que la religion soit entièrement à Allah ». [Ce verset du sabre est très important car il est abrogeant pour de nombreux versets antérieurs]

Sourate 9 (Post-Hégire, sourate Médinoise)

-verset 1 : « Désaveu de la part d’Allah et de Son messager à l’égard des associateurs avec qui vous avez conclu un pacte ».

-verset 3 : « Et proclamation aux gens, de la part d’Allah et de Son messager, au jour du Grand Pèlerinage, qu’Allah et Son messager, désavouent les associateurs. Si vous vous repentez, ce sera mieux pour vous. Mais si vous vous détournez, sachez que vous ne réduirez pas Allah à l’impuissance. Et annonce un châtiment douloureux à ceux qui ne croient pas ».

-verset 4 : « A l’exception des associateurs avec lesquels vous avez conclu un pacte, puis ils ne vous ont manqué en rien, et n’ont soutenu personne (à lutter) contre vous : respectez pleinement le pacte conclu avec eux jusqu’au terme convenu. Allah aime les pieux ».

-verset 5 : « Après que les mois sacrés expirent, tuez les associateurs où que vous les trouviez. Capturez-les, assiégez-les et guettez-les dans toute embuscade. Si ensuite ils se repentent, accomplissent la Salat et acquittent la Zakat, alors laissez-leur la voie libre ». [Ce verset du sabre est très important car il est abrogeant pour de nombreux versets antérieurs]

verset 14 : « Combattez-les. Allah, par vos mains, les châtiera, les couvrira d’ignominie, vous donnera la victoire sur eux ».

Nous voyons à la lecture de ces versets, qui ne sont pas exhaustifs de tous les versets qui évoquent l’association, que la sentence est claire pour qui commet le Shirk, l’association.

Continuer la lecture

L’occidental et la salafiste quiétiste (partie 2) – La voie du juste milieu

Je remercie mon contradicteur d’avoir commencé à répondre en plusieurs billets à mon précédent article. Avant de les lire je vous invite à une petite introduction à la rhétorique salafiste que ces billets illustrent en partie.

Le salafiste fait partie de la « communauté du juste milieu », al wassitiya qui trouve son origine d’une part dans le Coran « ALLAH a fait de vous une communauté de juste milieu… », [sôurat Al-Baqarah (S2) / 143]. selon les versions les plus courantes. On trouve également d’autres traductions : « une communauté de justes » (Hamidullah); « une communauté située entre les deux extrêmes » (Khawam). Partant de Jr 51:39, Sawma traduit: « une nation forte ». On lit dans la Bible Ez 5:5: « C’est Jérusalem que j’ai placée au milieu des nations ». Ce verset est important car il montre que, comme les juifs se considèrent le peuple élu (Cf. Dt 14:1-2; Ex 19:5-6), les musulmans font de même (« Vous êtes la meilleure communauté » S3v110).

Le second point qui marque l’importance de ce sujet est la profession de foi islamique de cheikh al islam ibn taymiyya (1263 – 1328), le mentor des salafistes : « al aqida al wassitiya »

Cette notion de « communauté du juste milieu » est donc l’épicentre de la pensée salafiste. Elle occupe l’essentiel de leurs préoccupations tant sur le plan de la foi que du comportement et de la jurisprudence.

C’est cette voie (le juste milieu) qui est le point de comparaison entre les groupes musulmans (ce qui ne m’intéresse guère si vous avez lu mon article précédent) mais aussi entre les religions et systèmes politiques.

C’est là que le sujet devient intéressant et que la rhétorique islamiste mérite d’être étudiée, car considérer l’islam comme la voie juste par rapport aux autres religions ou même par rapport à la démocratie implique d’argumenter en quoi les points de clivages que je nommais dans mon précédent billet (peine de mort pour l’apostasie, le blasphème, l’homosexualité ou l’adultère, autorisation de l’esclavage ou du mariage avec des filles prépubères, etc…) sont justes et prépondérant sur les autres systèmes de valeur ou les autres religions.

Ce qui nous intéresse c’est de voir et si possible de comprendre par quels mécanismes intellectuels et théologiques les musulmans orthodoxes affirment la « juste » primauté de certaines peines prévues par la charî’a sur la déclaration des droits de l’homme et du citoyen par exemple, ou encore sur le rejet de la violence des Évangiles.

Voilà l’interrogation fondamentale de l’occidental (chrétien ou non) face à l’islam traditionaliste aujourd’hui.

Revenons-en aux billets de mon contradicteur, la première considération est que pour un billet assez court, j’ai 6 billets en réponse ! C’est la réponse Tsunami ! Est-ce que ces billets répondent aux critiques formulées ? Je vous laisse juge.

Le fait est que aucun des points de clivage dont j’ai fait mention dans mon article n’est lui même explicitement mentionné dans les réponses. A défaut de précision nous avons un catalogue de citations… Soit, prenons-en notre parti et voyons ce qu’elles nous enseignement !

On notera également que les réponses, à l’exception du premier billet, ne sont pas une expression personnelle argumentée selon un plan, mais une sorte de décharge d’éléments éparses…

Bref lançons-nous dans la lecture de ces 6 billets

Continuer la lecture

L’occidental et le salafiste quiétiste

Il y a quelques jours j’ai eu quelques échanges sur twitter avec un salafiste quiétiste auquel je m’aventurais à argumenter qu’il n’y avait pas de différence à mes yeux entre lui et les fanatiques de l’EI/DAECH/ISIS si ce n’est le passage à l’acte du Jihad. Après quelques échanges nous en sommes vite arrivés à un échange stérile avant de revenir sur une proposition raisonnable, celle d’utiliser nos blogs respectifs plus adaptés à une écriture réfléchie que les tweet en 140 caractères.

Me voilà donc aujourd’hui relevant le gant pour un lecteur unique, et s’il me répond, j’espère qu’il le fera, je lui demande de mette en commentaire le lien de sa réponse afin que tous les autres lecteurs puissent suivre cet échange qui sera peut-être continué en commentaires ou sur d’autres billets. Nous verrons où cela nous conduit dans le dialogue qui restera courtois mais ferme et argumenté.

Continuer la lecture

Le piège à cons du burkini

Depuis quelques semaines, la France sombre dans l’hystérie du burkini et tous, journalistes et politiques sont tombés dans le piège tendu par les agents provocateurs de l’Islam.

Alors que tous les candidats aux primaires où à la présidentielle se déclarent en guerre contre le terrorisme, ou l’islam radical ou encore le salafisme, tous se font rouler dans la farine par quelques femmes sur nos plages.

Ne voyez-vous pas qu’il s’agit de diversions pour vous empêcher de regarder le seul vrai problème qui nous occupe : l’islam. Le sujet c’est l’islam, pas le voile ni le burkini.

Pendant que des millions de musulmans français nous jurent par Allah que le terrorisme ce n’est pas l’Islam, aucun n’est jamais venu présenter la théologie de l’islam modéré, de tolérance et de paix qu’ils prétendent pratiquer.

Le courage politique consiste aujourd’hui à demander à la communauté musulmane un vrai travail de réflexion. La théologie de DAECH est connue : ils la diffusent dans leur propagande comme DAR AL ISLAM que l’on trouve sans difficulté sur le WEB. Il est temps que les musulmans réfutent cette théologie en utilisant les mêmes sources que DAECH : Le Coran, la sunnah (en ne prenant que les hadtihs authentiques), la sirâ, les tafsir.

Toute religion a toujours réfuté les hérésies, c’est ce que nous devons exiger des imams de France et de la communauté musulmane française. Nous verrons alors à l’issue de ce travail quelles différences majeures existent entre les jihadistes et les musulmans de France et sur quels points de doctrine s’opèrent les différences.

C’est parce que l’Islam ne peut pas encore être considéré comme une religion comme une autre que ce travail est déterminant. C’est parce que l’Islam est un religion à part que tous les discours mettant sur un pied d’égalité christianisme, judaïsme et islam sont infondés. Les politiques qui veulent interdire le port de la croix ou de la kippa sont des imbéciles, ils préfèrent la restriction de la liberté religieuse à la réflexion complexe et courageuse face à l’islam.

N’oubliez pas que les fondations de ce pays sont judéo-chrétiennes jusque dans la rédaction de la déclaration universelle des droits de l’homme et du citoyen. Réduire la liberté religieuse des chrétiens et des juifs c’est poignarder notre pays en tournant le dos à son histoire et le faire uniquement par couardise.

Français, française, l’avenir se joue en ce moment par les choix décisifs que notre pays doit faire. La question de l’Islam en est un. Comptez le nombre de candidats qui ont la lucidité de dire que l’islam en France est un problème, tant qu’il n’a pas produit une réflexion et une exégèse du Coran et de la Sunnah qui permette de comprendre et différencier, le musulman dit « modéré » et le djihadiste.

Ne vous laissez pas avoir par l’Esprit du monde, bannissez la naïveté et soyez fermes et courageux dans vos choix, notre avenir en dépend.

Le problème c’est l’Islam modéré

Le choix d’un tel titre peut paraître provoquant pourtant ce n’est pas son but, je suis persuadé de sa justesse mais cela n’engage que moi.

Les difficultés que nous rencontrons aujourd’hui, face à l’Islam, tiennent pour l’essentiel à l’incapacité des politiques, des journalistes et des commentateurs à tenir un discours lucide et cohérent. Certes, la très grande majorité des musulmans de France (et d’ailleurs) s’oppose au terrorisme et cette communauté pacifique se trouve elle-même visée par les terroristes et soupçonnée de complicité si elle ne professe pas publiquement et énergiquement sont opposition au terrorisme.

J’en profite pour affirmer que ceux qui exigent des musulmans l’affichage public de leur opposition au terrorisme sont des imbéciles.

Du coup, ceux qui ne tombent pas dans cette nullité se retrouvent dans l’obligation de couper en deux l’Islam entre Islam orthodoxe (fondamentalisme islamique) et Islam modéré et c’est tout aussi bête. Autant il est simple de savoir ce qu’est l’Islam orthodoxe car la théologie islamique est connue et vieille de 1400 ans autant personne ne sait ce qu’est l’Islam modéré. Il n’y a pas d’exégèse du Coran et des Hadiths qui soit propre à un courant de l’Islam qui serait dit modéré. L’ensemble des musulmans sunnites partage, quelle que soit l’école juridique, la même tradition et le même corpus doctrinal ils divergent juste sur des interprétations spécifiques de ces textes.

Continuer la lecture

Tariq Ramadan: je suis Zola et Dreyfus

Tariq Ramadan « J’accuse… et je prends date »

C’est la bonne blague du jour, Tariq Ramadan la joue Zola et se prend pour Dreyfus : il est la victime et le défenseur, posture qui lui sied si bien et lui permet de vendre ses bouquins.

Il s’agite Tariq, lui qui court les plateaux télés et les studios de radios, il s’agite contre les médias, les politiques et les intellectuels français qui l’accusent injustement et inlassablement de tenir un « double discours » alors que lui ne cherche qu’à « montrer, théoriquement autant que pratiquement, que l’on peut être tout à la fois pleinement musulman et occidental et que, au-delà de nos différences apparentes, nous partageons beaucoup de valeurs à partir desquelles le «vivre ensemble» est possible dans nos sociétés pluralistes, multiculturelles, et où coexistent plusieurs religions. »

Tariq c’est l’héritage des lumières au cœur même de l’Islam et il se désole que les journalistes, les politiques et les intellectuels français ne le reconnaissent pas.

En fait Tariq Ramadan c’est la parfaite illustration d’un Islam politique fondé sur « al-wassatiyyah » à la sauce Qaradawi, ce n’est pas un Islam progressiste mais traditionnel qui prétend être réformiste parce qu’il autorise une « contextualisation » de la lecture coranique (par les savants accrédités de la wassatiyyah).

Contextualisation n’est pas réforme, et l’effort que Tariq Ramadan déploie pour le faire croire est le principe même de la Taqiya. Ce pseudo Ijtihad n’est ni moderniste ni réformateur, il ne vise qu’à endormir l’occident en faisant miroiter un possible amendement des « hudud » qui rendrait la charia plus spirituelle et moins juridique et donc plus acceptable par la pensée occidentale.

Toutefois l’amendement de la charia ne semble pas éclore dans l’esprit éclairé des savants de l’Islam ce qui ne fait qu’accroître la vacuité du discours de Tariq Ramadan.

En fait la seule chose qui mérite notre indignation à l’égard des médias, des politiques et des intellectuels français c’est qu’ils invitent et discutent avec Tariq Ramadan