L’occidental et la salafiste quiétiste [Partie 3] – L’unicité de Dieu (at-Tawhid)

(les liens des billets de mon contradicteur sont dans les commentaires du billet précédent)

Dans cette troisième partie nous entrons dans une dimension très importante du clivage entre l’islam et le christianisme dont les répercussions planétaires sont innombrables et souvent dramatiques : la question de l’unicité de Dieu.

Pour les musulmans cette question est primordiale, c’est à dire qu’elle tient la première place : l’unicité de Dieu (tawhid) : Dieu est unique et sans associé ou encore il n’y a qu’un seul Dieu.

Le corollaire de ce dogme c’est que tout ce qui serait contraire à la stricte unicité de Dieu constitue un péché extrêmement grave (shirk) qui consiste à associer d’autres dieux ou d’autres êtres à Dieu.

Le Coran est extrêmement ferme aux sujets des associateurs, prenons quelques versets à ce sujet :

Sourate 4 (Post-Hégire, sourate Médinoise)

-verset 48 : «  Certes Allah ne pardonne pas qu’on Lui donne quelqu’associé. A part cela, Il pardonne à qui Il veut. »

Sourate 5 (Post-Hégire, sourate Médinoise)

– verset 72 : « Quiconque associe à Allah (d’autres divinités) Allah lui interdit le Paradis; et son refuge sera le Feu. Et pour les injustes, pas de secoureurs ! »

-verset 73 : « Et s’ils ne cessent de le dire (d’être associateur), certes, un châtiment douloureux touchera les mécréants d’entre eux ».

verset 77 : « Dis : « ô gens du Livre, n’exagérez pas en votre religion, s’opposant à la vérité. Ne suivez pas les passions des gens qui se sont égarés avant cela, qui ont égaré beaucoup de monde et qui se sont égarés du chemin droit ».

Sourate 8 (Post-Hégire, sourate Médinoise)

-verset 39 : « Et combattez-les (les mécréants) jusqu’à ce qu’il ne subsiste plus d’association, et que la religion soit entièrement à Allah ». [Ce verset du sabre est très important car il est abrogeant pour de nombreux versets antérieurs]

Sourate 9 (Post-Hégire, sourate Médinoise)

-verset 1 : « Désaveu de la part d’Allah et de Son messager à l’égard des associateurs avec qui vous avez conclu un pacte ».

-verset 3 : « Et proclamation aux gens, de la part d’Allah et de Son messager, au jour du Grand Pèlerinage, qu’Allah et Son messager, désavouent les associateurs. Si vous vous repentez, ce sera mieux pour vous. Mais si vous vous détournez, sachez que vous ne réduirez pas Allah à l’impuissance. Et annonce un châtiment douloureux à ceux qui ne croient pas ».

-verset 4 : « A l’exception des associateurs avec lesquels vous avez conclu un pacte, puis ils ne vous ont manqué en rien, et n’ont soutenu personne (à lutter) contre vous : respectez pleinement le pacte conclu avec eux jusqu’au terme convenu. Allah aime les pieux ».

-verset 5 : « Après que les mois sacrés expirent, tuez les associateurs où que vous les trouviez. Capturez-les, assiégez-les et guettez-les dans toute embuscade. Si ensuite ils se repentent, accomplissent la Salat et acquittent la Zakat, alors laissez-leur la voie libre ». [Ce verset du sabre est très important car il est abrogeant pour de nombreux versets antérieurs]

verset 14 : « Combattez-les. Allah, par vos mains, les châtiera, les couvrira d’ignominie, vous donnera la victoire sur eux ».

Nous voyons à la lecture de ces versets, qui ne sont pas exhaustifs de tous les versets qui évoquent l’association, que la sentence est claire pour qui commet le Shirk, l’association.

A ce stade nous comprenons le malaise que cause la notion de « Trinité » aux musulmans. Bien que les chrétiens attestent l’unicité de Dieu (Je crois en UN SEUL DIEU) mais cette unité se manifeste en trois hypostases, c’est à dire, trois « sous entités » de même nature (consubstantielles) : le Père, le Fils et le Saint Esprit.

Forcément cela pose aux musulmans la question de savoir si les chrétiens sont ou non des associateurs (et donc de connaître le sort qui leur est réservé)

Nous avons ici un point de séparation très net, on pourrait dire un marqueur, entre les musulmans orthodoxes et les musulmans modérés. Les orthodoxes considèrent systématiquement que le dogme trinitaire est de l’association et c’est la lecture du verset ci-dessous qui fait diverger les musulmans au sujet des chrétiens :

Sourate 4, (Post-Hégire) :

-verset 171(…) « Ô gens du Livre (Chrétiens), n’exagérez pas dans votre religion, et ne dites d’Allah que la vérité. Le Messie Jésus, fils de Marie, n’est qu’un Messager d’Allah, Sa parole qu’il envoya à Marie, et un souffle (de vie) venant de Lui. Et ne dites pas « Trois ». Cessez ! Ce sera meilleur pour vous. Allah n’est qu’un Dieu unique. Il est trop glorieux pour avoir un enfant. C’est à Lui qu’appartient tout ce qui est dans les cieux et sur la terre et Allah suffit comme protecteur. »

Je mets ici en gras trois termes de cette sourate qui sont intéressants par rapport au dogme trinitaire : Allah, Parole, Souffle

Si nous prenons maintenant les évangiles que lisons-nous ?

« Evangile de Jean chapitre 1 :

v01 AU COMMENCEMENT était le Verbe, et le Verbe était auprès de Dieu, et le Verbe était Dieu.v02 Il était au commencement auprès de Dieu.v03 C’est par lui que tout est venu à l’existence, et rien de ce qui s’est fait ne s’est fait sans lui.v04 En lui était la vie, et la vie était la lumière des hommes ;v05 la lumière brille dans les ténèbres, et les ténèbres ne l’ont pas arrêtée.(…)v09 Le Verbe était la vraie Lumière, qui éclaire tout homme en venant dans le monde.v10 Il était dans le monde, et le monde était venu par lui à l’existence, mais le monde ne l’a pas reconnu.v11 Il est venu chez lui, et les siens ne l’ont pas reçu.v12 Mais à tous ceux qui l’ont reçu, il a donné de pouvoir devenir enfants de Dieu, eux qui croient en son nom.v13 Ils ne sont pas nés du sang, ni d’une volonté charnelle, ni d’une volonté d’homme : ils sont nés de Dieu.v14 Et le Verbe [la parole] s’est fait chair, il a habité parmi nous, et nous avons vu sa gloire, la gloire qu’il tient de son Père comme Fils unique, plein de grâce et de vérité. »

« Evangile de Luc chapitre 1 :

v26 Le sixième mois, l’ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, appelée Nazareth,v27 à une jeune fille vierge, accordée en mariage à un homme de la maison de David, appelé Joseph ; et le nom de la jeune fille était Marie.v28 L’ange entra chez elle et dit : « Je te salue, Comblée-de-grâce, le Seigneur est avec toi. »v29 À cette parole, elle fut toute bouleversée, et elle se demandait ce que pouvait signifier cette salutation.v30 L’ange lui dit alors : « Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu.v31 Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils ; tu lui donneras le nom de Jésus.v32 Il sera grand, il sera appelé Fils du Très-Haut ; le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père ;v33 il régnera pour toujours sur la maison de Jacob, et son règne n’aura pas de fin. »v34 Marie dit à l’ange : « Comment cela va-t-il se faire puisque je ne connais pas d’homme ? »v35 L’ange lui répondit : « L’Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre ; c’est pourquoi celui qui va naître sera saint, il sera appelé Fils de Dieu. »

Le mot qui désigne l’Esprit Saint dans la Bible hébraïque est « Ruah » [le souffle, le vent]

Nous avons donc ici un verset du Coran qui est parfaitement trinitaire et conforme aux passages des évangiles, mais malgré tout, les musulmans orthodoxes rejettent toute idée que Dieu puisse être dans son unicité « trinité » en vertus du passage «Et ne dites pas « Trois » !

Le Chrétien ne cesse de répéter dans sa profession de Foi : « Je crois en UN seul Dieu » il ne dit pas « Je crois en TROIS Dieux »

Finalement si vous voulez savoir si un musulman est orthodoxe ou modéré demandez-lui simplement si il pense que les chrétiens sont des associateurs !

Je ne vais pas développer plus avant le concept de la Sainte Trinité car cela a été fait maintes fois par des personnes plus qualifiées que moi. Considérant que je m’adresse à un musulman je donne donc les liens de 4 articles tirés de conférences télévisées du Père Zakaria Boutros qui s’adressent aux musulmans sur la trinité : article 1, article 2, article 3, article 4.

Maintenant je voudrais revenir à la rhétorique salafiste sur la trinité et les cinq billets (1er, 2e, 3e, 4e, 5e) de mon contradicteur, qui, à ce sujet sont assez symptomatiques. Je ne vais pas faire un commentaire de chacun des billets comme dans mon article précédent, je vais faire une analyse linéaire du texte et pointer les erreurs factuelles et historiques.

L’auteur cite en prologue Adolphe-Napoléon Didron : « La croix et le Christ ont reçu une adoration similaire, sinon égale »

Le fait est que l’incarnation et la Passion sont deux mystères centraux du christianisme, mais les chrétiens n’adorent que Dieu. La croix n’est pas une amulette elle est un symbole de la folie de l’amour de Dieu : 1 Corinthiens 1:23 « nous, nous prêchons Christ crucifié; scandale pour les Juifs et folie pour les païens ». Dire que les chrétiens adorent la croix au même titre qu’ils adorent le Christ est donc faux. Ce qui serait juste serait de dire : Dans le mystère de la croix, ils adorent Dieu, qui s’est fait homme, puis, a pris sur Lui le poids du péché de toute l’humanité, pour tous les racheter !

Passons maintenant au sujet de la trinité :

Vous écrivez : « Ibn Taïmiya explique qu’Hélène, la mère de l’Empereur Constantin, qui convoqua le concile de Nicée, était également originaire de Harrân, l’ancienne cité des sabéens. Les savants et les moines chrétiens se sont rendus compte que les Romains et les Grecs n’allaient pas se détacher facilement du paganisme. C’est pourquoi, ils leur ont concocté une religion à mi-chemin entre celle des prophètes et celle des païens. »

Le concile de Nicée n’avait pas pour objectif de fixer le dogme de la Ste Trinité, qui lui pré-existait mais de trancher la question de « l’Arianisme » qui apparaissait. N’inversez pas les réalités, le concept trinitaire existait dès le début du christianisme, avant même qu’Arius fût né !

Ce n’est donc pas l’Empereur Constantin (ni sa femme) qui sont à l’origine de ce dogme !

Pour mémoire, le premier symbole des chrétiens, qu’ils utilisaient pour se reconnaître et pour échapper aux persécutions romaines est un poisson, du grec ICHTUS (ἰχθύς / ikhthús) qui est un anagramme : « Jésus, le Christ, de Dieu le Fils, Sauveur »

I (I, Iota) : Ἰησοῦς / Iêsoûs (« Jésus ») Χ (KH, Khi) : Χριστὸς / Khristòs (« Christ ») Θ (TH, Thêta) : Θεοῦ / Theoû (« de Dieu ») Υ (U, Upsilon) : Υἱὸς / Huiòs (« fils ») Σ (S, Sigma) : Σωτήρ / Sôtếr (« sauveur »)

Bref, je vous renvoie aux textes des évangiles cités plus haut et à cette réalité historique (dont on trouve des preuves sur toutes les tombes chrétiennes de 3 premiers siècles) pour vous montrer que l’origine du dogme trinitaire n’est pas la volonté de l’empereur Constantin de composer avec une masse païenne !

Effectivement, le terme de « consubstantiel » apparaît au concile de Nicée, non comme une innovation mais comme le principe communément admis depuis l’origine et afin de fermer la porte aux mouvements schismatiques apparus aux IIè siècle (gnosticisme, docétisme), au IIIe siècle (Les manichéisme), au IV siècle (Arianisme) et au Ve siècle (Nestorianisme).

Vous écrivez : « les évêques définissent, au premier concile œcuménique de Nicée, la croyance trinitaire » Non !, cette certitude existe dès l’origine du christianisme ! Le concile ne fait que l’entériner dans un vocabulaire qui précise la pensée et évite les interprétations !

Vous écrivez ensuite : «  ibn Taïmiya explique que les chrétiens ne suivent en fait ni le nouveau ni l’ancien Testament »

Il est clair que l’évangile marque une rupture avec l’ancien testament, l’enseignement du Christ abolit les pratiques rituelles de l’ancienne loi. Cependant montrez-moi où les chrétiens ne suivent pas l’évangile (nouveau testament). J’ai des doutes sur le fait qu’Ibn Taïmiya ait apporté la preuve que les chrétiens ne suivaient pas les évangiles !

Vous écrivez : « La religion chrétienne entachée par le paganisme a transformé le monothéisme et la Loi de l’Évangile. »

Vous affirmez quelque chose que vous ne démontrez pas: Quels rites païens subsistent dans le christianisme?

Vous écrivez : « Jésus ne leur a jamais prescrit d’encenser des images qu’ils auraient façonnées et encore moins d’invoquer les personnages qu’elles représentent. »

Visiblement vous êtes étranger au rituel de l’encens (ni chez les juifs, ni chez les chrétiens), qui n’est pas un acte d’adoration d’une idole, mais uniquement le symbole d’une prière (de l’assemblée) qui s’élève vers le ciel. Une prière adressée à Dieu et à Lui seul ! Ne confondez pas adoration et vénération qui sont deux actes distincts, l’un de foi (vers Dieu) l’autre de piété.

Vous écrivez : « Il n’a jamais été question dans la Loi d’un prophète d’invoquer les anges et de solliciter leur intercession et encore moins de vouer le culte aux tombeaux des saints et des prophètes avant de pouvoir le faire à leur statut, ce qui est le principe même du paganisme »

Il y a une certaine méprise dans ces propos qui sont en contradiction même avec le Coran. La question est : « Croyez-vous à la vie éternelle ? » Si la réponse est oui, alors vous devez consentir au fait que les personnes décédées ne sont pas « nulle part » elles continuent d’exister dans une réalité qui nous échappe ! Sinon, cela signifie qu’il n’y a rien après la mort et donc que toute religion est fausse !

Pourquoi, si j’ai foi dans le fait qu’une personne décédée continue d’exister dans une autre réalité, devrais-je m’abstenir de lui communiquer mes états d’âmes, mes inquiétudes, mes attentes, etc… En quoi, cela est-il un péché dès lors que la religion s’inscrit dans une perspective eschatologique qui préside que l’homme est voué à l’éternité ( enfer ou paradis) ! Oui nous prions avec les défunts pour qu’ils intercèdent pour nous auprès de Dieu, nous leur demandons, par leurs supplications d’attirer sur nous sa miséricorde ! En quoi cela est-il mal ? Nous ne faisons pas des défunts des dieux mais des intercesseurs (des médiateurs) !

Vous écrivez : «  Il n’a jamais dit qu’il avait proscrit toutes les interdictions qu’Allah a défendu aux juifs dans la Thora et qu’il autorisait ainsi de consommer de la nourriture impure comme le porc ou autre. »

Il serait long de faire ici état de tous les passages ou Jésus-Christ remet en question la loi, mais je vais vous citer au moins celui qui remet en question les interdits alimentaires : Matthieu 15:11 « Ce n’est pas ce qui entre dans la bouche qui souille l’homme; mais ce qui sort de la bouche, c’est ce qui souille l’homme. »

Vous écrivez : « Les chrétiens se sont ainsi autorisés de manger de la viande impure et ils ont transformé la Thora et l’Évangile »

Et bien en fait non, comme le montre le verset ci-dessus cette règle a été abolie par le Christ lui-même ! (Je vous redonne le lien de la vidéo que vous m’avez transmis entre le fondateur du CRRC et l’abbé Pagès, dans lequel, à 9 minutes 50  », ce musulman dit que les paroles du Christ n’ont pas été changées!)

Vous écrivez : « Le Messie n’a jamais prescrit de prier en direction de l’Orient ni d’encenser la croix ou encore de ne plus se circoncire, de se consacrer à la vie monacale ou de se vouer aux enseignements qu’ils ont innovés après son ascension. »

Cette réflexion appelle plusieurs réponses :

  1. Le Christ n’a pas fondé le christianisme, il était juif… Mais son enseignement était en rupture avec le judaïsme puisque les docteurs de la loi mettaient plus l’accent sur la loi que sur l’adoration véritable (un peu comme vous)
  2. Les disciples n’étant pas reconnus par les juifs se sont vu affublés le terme de chrétiens, ce sont donc les juifs (et aussi les romains) qui ont nommés ainsi les disciples du Christ. Ce n’est pas un choix interne mais contraint.
  3. Jésus n’a pas prescrit de direction de prière, mais c’est à Jérusalem qu’il a été crucifié et qu’il est ressuscité ; c’est vers ce lieu que les chrétiens ont choisis d’orienter leur prière.
  4. Sur l’encensement : encore une fois vous commettez un contre sens, car ce rituel n’est qu’un symbole de la prière qui s’élève vers Dieu. Il est présent dans la Bible tant chez les juifs que les chrétiens. (Exode 30 : 1-10 ; Nombres 7 : 13-17 ; Psaume 141: 2 ; Luc 1 : 10, Luc 1 : 11 ; Apocalypse 8 : 3-5)
  5. La circoncision : Un sujet qui dès le début de l’évangélisation a divisé l’église entre ceux qui étaient d’origine juive et les païens. La réponse du 1er concile (Jérusalem) était simple : Si vous êtes juifs continuez de circoncire vos garçons, sinon ce n’est pas la peine. Lorsque la dénomination chrétienne à définitivement été séparée du judaïsme, la circoncision a été abandonnée. Cf lettre de St Paul aux Romains 2, 25-27 : « La circoncision est utile, il est vrai, si tu observes la Loi; mais si tu transgresses la Loi, tu n’es pas plus, avec ta circoncision, qu’un incirconcis. Si donc l’incirconcis observe les préceptes de la Loi, son incirconcision ne sera-t-elle pas réputée circoncision? Bien plus, l’homme incirconcis de naissance, s’il observe la Loi, te jugera, toi qui, avec la lettre de la Loi et la circoncision, transgresses la Loi. » Donc ce n’est pas la circoncision qui fait de nous un homme juste, mais nos pensées et nos actes ! Dieu juge selon les cœurs et les actes pas selon que nous sommes circoncis ou incirconcis ! On peut résumer en disant : la loi est bonne si elle rapproche de Dieu, elle est mauvaise si elle devient plus importante que Dieu ! On peut s’interroger par exemple sur les motifs qui annulent la prière en Islam…

Vous écrivez : [Ainsi, étant donné que la religion chrétienne avait atteint ce degré de corruption, certains lettrés à l’instar d’Abû ‘Abd Allah e-Râzî en ont conclu que : « Seule une portion infime des chrétiens qui se trouvait avant l’avènement de Mohammed (r) ont vraiment profité de la religion du Christ. La religion que la plupart des chrétiens connaissaient n’avait aucun lieu avec Jésus. »]

Vous prétendez une corruption qui n’est pas avérée ni par l’histoire (les faits historiques), ni par l’Eglise (les textes reconnus authentiques). Cette prétendue corruption ne sert qu’à établir en Islam l’émergence du prophète Muhammad, un homme qui ne ressemble en rien aux prophètes qui l’ont précédé : Chef de guerre, brigand, meurtrier, esclavagiste, pédophile (désolé mais c’est une réalité), polygame… Le noble modèle par excellence selon le choix de Dieu (excusez mon ironie). Permettez-moi de vous demander où se trouve la corruption entre la personne du Christ et celle de Muhammad ? Parce que le Christ, lui, n’a jamais assassiné un juif, alors que la majorité des juifs voulaient le tuer ! Je dis cela juste pour mettre en perspective l’attitude du Christ avec ses détracteurs et celle de Muhammad avec la tribu juive des Banu Qurayza par exemple !

Où est la corruption ?

Moi je vous le dis très clairement, je pense à la lumière des sources historiques et des travaux exégétiques modernes que l’Islam est une corruption, une invention humaine postérieure de 100 ans au moins à Muhammad !

Les paroles du Christ sont, quant à elles, bien au delà de la capacité d’imagination de l’homme ! Le Christ nous perturbe, ils nous désarçonne en permanence parce que sa pensée est très loin de notre pensée !

Le christianisme a mis 250 ans pour conquérir le bassin méditerranéen sans aucune bataille, mais avec beaucoup de martyrs. L’Islam a mis 100 ans avec les sabres pour en faire les deux tiers, mais c’est heurté à la barrière des royaumes chrétiens. Et depuis 1300 ans l’Islam n’a de cesse que de poursuivre cette confrontation. Alors, à votre avis, qui du sabre ou de la croix remportera la bataille ultime ?

Évangile de Matthieu 26:52 : « Alors Jésus lui dit: Remets ton épée à sa place; car tous ceux qui prendront l’épée périront par l’épée. »

On est loin des paroles du Coran ! Tellement loin que le gouffre en est même abyssal !

Où est la vérité ? Dans le dogme d’un livre (créé plutôt qu’incréé, ce sera mon prochain billet !), ou dans la parole qui touche mon cœur si profondément que je ne trouve plus d’argument à opposer. Faites l’essai en ouvrant un évangile à une page au hasard (préalablement demandez à Dieu que Sa volonté soit faite, pas la vôtre) !

La source du symbole de Nicée se trouve entièrement dans les évangiles, la dimension trinitaire y est présente à plusieurs reprises, notamment à l’annonciation :Lc1 :26-35 mais aussi pour les trois synoptiques sur le passage du baptême du Christ : Mt3:16-17 ; Mc1:10-11 ; Lc3:21-22 ; Jean 1:32-33 .

Les allégations d’Ibn Taymiyya seraient fondées si vous apportiez la preuve de la corruption des évangiles, mais même vous, vous m’envoyez une vidéo ou un musulman spécialiste des écritures comparées reconnaît que les paroles du Christ sont inchangées. Pour mémoire les 3 synoptiques datent du 1er siècle et se fondent probablement sur une même source scripturaire plus ancienne communément appelée source Q.

Alors faire le procès de falsification des évangiles est d’une part contraire à la lettre même du Coran, d’autre part elle s’apparente à une volonté délibérée de rejeter l’enseignement chrétien, d’intenter un procès d’associationnisme aux chrétiens !

Vous écrivez ensuite : « La doctrine de la Trinité n’a pas été développée avant les Cappadociens, Grégoire de Nysse, Grégoire de Nazianzus et Basile. Celle-ci vit le jour au Concile de Constantinople en 381 EC. Avant ce temps, elle était inconnue dans le Christianisme. »

Je pense vous avoir montré que c’est faux, elle est présente dès l’origine dans les textes !

Vous dites ensuite : « La croix est également une invention ; elle a été introduite au système Chrétien à partir des cultes des Mystères avec les autres liturgies qui ont graduellement envahi le Christianisme et qui ne faisaient aucunement partie de la première église. »

La croix n’est pas une invention, c’est un objet de torture utilisé par les Romains et par lequel Jésus-Christ a donné sa vie pour le salut de toute l’humanité. Je vous renvoie à 1Co1:23.

Puis vous écrivez : « Ces formes, comme l’adoration du Dimanche et les festivals des Pâques et de Noël, sont provenues des cultes du Soleil »

Non, la liturgie chrétienne est d’abord née du culte juif. La messe appelée Eucharistie, signifie action de grâce. Le rituel y est divisé en deux temps majeurs, la lecture de la parole et la communion (qui naît dans l’évangile : « faites ceci en mémoire de moi » Mt26:26 ; Lc22:19). Rien à voir avec l’adoration du Soleil. Toutefois sur Noël il y a eu un choix de l’Eglise, pour lutter contre le paganisme, de fixer la célébration de Noël à la date de la célébration Païenne du solstice d’hiver.

Bref, encore une fois vous faites un patchwork de tous les arguments que vous trouvez sur le web sans prendre le temps de la réflexion sur leur pertinence… du moment que cela sert votre cause !

Sur la conversion de al Hasan ibn Ayyûb je vous renvoie à cette réflexion sur le statut des chrétiens dans les pays musulmans :

 

 

 

 

 

 

La conversion d’un homme ou même de 1000, ne démontre pas la justesse d’une religion par rapport à une autre.

Beaucoup de musulmans ne comprennent plus cette soumission aveugle de l’Islam, ils s’ouvrent à l’interdit (la lecture de la Bible) et ils se convertissent en secret (à cause de la loi sur l’apostasie). Jamais, les chrétiens n’ont édité et importé autant de Bible en langue arabe qu’aujourd’hui ! La parole du Christ libère les opprimés à commencer par les femmes !

Le hashtag #ExMuslim a de beaux jours devant lui sur les réseaux sociaux !

Que vous ne compreniez pas le mystère de l’unicité dans la trinité ne me dérange pas, par contre que vous traitiez les chrétiens d’associateurs avec la sentence qui l’accompagne me gêne !

J’aimerai que vous répondiez à mon premier billet sur la supériorité des valeurs morales de l’Islam. Notamment sur la sentence de mort pour Apostasie, blasphème mais aussi association.

Je souhaite comprendre comment le droit musulman, si il se veut juste, accepte un procès ou la victime (Allah) n’est pas confrontée à son auteur, et, où en l’absence de confrontation et de témoignage de la victime, l’auteur est condamné à mort !

Je mettrai un frein à mes réponses à vos billets tant que vous n’aurez pas répondu sur ces questions !

Vous avez aimé? partagez-le:

10 réflexions au sujet de « L’occidental et la salafiste quiétiste [Partie 3] – L’unicité de Dieu (at-Tawhid) »

  1. citizenkan

    Voici la troisième et dernière partie de l’introduction :

    http://mizab.over-blog.com/2017/01/dialogue-entre-un-quietiste-et-un-chretien-flic-partie-3/1.html

    http://mizab.over-blog.com/2017/01/dialogue-entre-un-quietiste-et-un-chretien-flic-partie-3/2.html

    http://mizab.over-blog.com/2017/01/dialogue-entre-un-quietiste-et-un-chretien-flic-partie-3/3.html

    http://mizab.over-blog.com/2017/01/dialogue-entre-un-quietiste-et-un-chretien-flic-partie-3/3-5.html

    http://mizab.over-blog.com/2017/01/dialogue-entre-un-quietiste-et-un-chretien-flic-partie-3/4.html

    http://mizab.over-blog.com/2017/01/dialogue-entre-un-quietiste-et-un-chretien-flic-partie-3/5.html

    Ensuite, j’hésite soit je fais une pause en faisant, comme prévu, un tir croisé avec « les revenants », soit je passe au vif du sujet !

    Répondre
      1. Poulet Bio Auteur de l’article

        C’est un des principes de la rhétorique salafiste que de noyer le poisson. Ne pas répondre sur des questions claires, mais renvoyer une avalanche de critiques sur la société occidentale et l’Eglise, le tout bien mélangé et sans grande cohérence. Soyons patients nous verrons ce qu’il en ressort!

        Répondre
        1. citizenkan

          Voici, comme prévu, un tir croisé avec les « revenants », et ensuite, comme promis, nous passons au vif du sujet :

          http://mizab.over-blog.com/2017/02/regard-sur-les-revenants-partie-1.html

          http://mizab.over-blog.com/2017/02/regard-sur-les-revenants-partie-2.html

          Cet état de la société occidentale est fondamental en prélude à mon propos pour replacer le discours anti islam dans son contexte historique, je ne parle pas de la haine refoulée de l’intellectuel chrétien en proie aux assauts scientifique de la critique moderne dans diverses sciences :

          L’islam devient dans ses conditions un exutoire pour verser ses frustrions et masquer ses relents xénophobes, c’est donc en tant que chercheur que j’approche ce phénomène, tout de tout esprit victimaire, comme expliqué sur twitter :

          On exerce son agressivité sur un objet haï en tentant de le démolir de façon à la fois symbolique et rationnelle. La psychanalyse aurait là-dessus son mot à dire. Que peut signifier pour Mingana, Prémare, Gillot ou autres Gallez cette tentative de disqualifier, de discréditer, l’islam et le Coran en les historicisant ? Je l’ignore, mais il va de soi qu’il y a souvent là-dessous du « règlement de compte »…
          Généralement la recherche se nourrit mieux d’amour, d’empathie, que de haine, mais, quels que soient son objectif et sa forme, la recherche scientifique n’est jamais « idéale » : elle est toujours enracinée dans un milieu, une époque, et plus encore dans une histoire personnelle. J’ai montré comment un universitaire aussi sérieux que Rémy Brague était capable de tomber dans de véritables paralogismes lorsqu’il s’agit de l’islam. Or Brague ne fait pas mystère de ses croyances chrétiennes…

          Michel Orcel

          https://iqbal.hypotheses.org/2251

          Patience et longueur de temps font plus que force ni que rage !

          Répondre
  2. Demery

    vous dites: »Oui nous prions avec les défunts pour qu’ils intercèdent pour nous auprès de Dieu, nous leur demandons, par leurs supplications d’attirer sur nous sa miséricorde ! En quoi cela est-il mal ? »
    pouvez-vous citez un ou des versets du nouveau ou de l’ancien testament qui justifient cette pratique?
    Pour nous musulmans cette acte est l’essence même du polythéisme.Car vous demandez à autre que Dieu ce que seul Dieu peut donner: »sa miséricorde ». Et c’est ce que Dieu ne pardonne pas!
    Et vous avez citez le verset du Coran qui le prouve:Sourate 4 (Post-Hégire, sourate Médinoise)
    -verset 48 : « Certes Allah ne pardonne pas qu’on Lui donne quelqu’associé. A part cela, Il pardonne à qui Il veut. »

    Répondre
  3. citizenkan

    Je vais revenir sur l’intercession qui est au cœur du polythéisme et que les chrétiens empruntent aux anciennes civilisations païennes méditerranéennes ;

    L’intercession est à la croisée des chemins entre les wahhabites et les autres sectes affiliées à l’islam, mais, en attendant, l’entracte :

    http://mizab.over-blog.com/2017/02/la-base-du-regime-alimentaire-partie-1.html
    http://mizab.over-blog.com/2017/02/la-base-du-regime-alimentaire-partie-2.html

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *