Archives par étiquette : loi

Devenir policier aujourd’hui

J’ai reçu hier le commentaire d’un jeune homme de 17 ans qui s’interroge sur une carrière policière, voici son commentaire:

« Bonjour, j’ai 17ans. Je suis en Terminal ES et je pense intégrer la FAC de Droit la rentrée prochaine (2017). Je vous avoue que votre « ex »-métier, me fascine, me transcende ! Je pense, j’en ai l’intime convictions, je vais rentrer dans la police. J’ai participé à des manifs, vu la violence, vu la malhonnêteté de certains flics, vus des émissions bidons sur la police (M6 / NRJ12), j’ai vu la violence d’état, je vous ai vu défendre l’état, les patrons, les banquiers, les GROS trafiquants ! J’ai deviné les suicides, la politique du chiffre, la pression, les insultes, les crachats, la mauvaise ambiance, la détérioration du métier, des conditions de travail, de vie !
Pourtant, le prestige de l’uniforme, l’arme, le fait de représenter la tranquillité public, de faire chier les cons qu’aiment pas les flics, aider la « veuve et l’orphelin » vivre la misère, réprimer la délinquance (les voir recommencer en toute impunité) tout ça me fait peur, je veux avoir une vie agréable, je veux pas me suicider et perdre tous les miens pour ne pas être respecté par les autres.
(Petite aparté désolé je n’ai pas de plumes, j’écris en listant ou je formule mal)
Bref, j’adore déjà ! J’ai fait de nombreuses démarches (forum de l’étudiant, orientation, discussion avec un flic fort sympathique et visiblement honnête). Mais je vous avoue être dans le flou, je veux être fonctionnaire (servir mon « pays ») mais la Police… ça fait flipper.
Alors je me suis dis : Pourquoi pas officier (salaire assez bon direct, moins les mains dans la merde, un peu de management) ! Je me suis renseigné et on m’a dit que c’était bien mais on voyait peu le terrain et qu’on faisait pleins de paperasse (MÊME PAS PEUR. Gardien de la paix, c’est plus physique, plus sur le terrain mais c’est 1400 euros, on est simple exécutant bête et méchant on vit la répression des deux cotés au quotidien.

Pouvez vous m’éclairer s’il vous plait ? Un petit oui ou non, un simple conseil »

Voici ma réponse à son commentaire

Continuer la lecture

Arrestations arbitraires

Après la lecture de cet article du point, « Des opposants au mariage pour tous interpellés pour convenance personnelle du chef de l’État ? », j’ai envie de rappeler les dispositions légales qui permettent aux forces de l’ordre d’interpeller une personne et de restreindre sa liberté d’aller et venir.

Le principe de base est donc celui de la liberté d’aller et venir qui est inscrit dans différents traités internationaux, dans la constitution, et dans la loi ( dans l’ordre de la hiérarchie des normes) par exemple:

Continuer la lecture

Du respect de la loi

Le Conseil Constitutionnel a tranché et la loi ouvrant le mariage et l’adoption aux personnes de même sexe va être promulguée par le Président de la République. Quelque soit l’opinion que nous ayons sur ce texte nous devons prendre maintenant la mesure de la légalité de ces unions.

Ceux qui ont milité contre ce texte perçoivent peut-être plus justement, avec le garde des Sceaux, qu’un changement de civilisation s’opère et qu’il faut désormais l’accueillir comme une réalité objective. Ceux qui dans ce combat portaient réellement le désir de la défense du plus fragile devront continuer à porter ce combat, avec tous ceux qui souffrent et en premier lieu les personnes homosexuelles. De même que la loi légalisant l’interruption volontaire de grossesse n’a pas supprimé la souffrance des femmes qui y ont recours, de même l’ouverture du mariage aux personnes de même sexe ne supprimera pas la souffrance de ceux qui se découvrent homosexuels.

Je peux continuer à manifester, pacifiquement, mon attachement aux valeurs que je défends, mais si je combats la loi, je suis un délinquant.

Être respectueux de la loi, d’une loi que je ne voulais pas, mais qui a été promulguée à l’issue d’un processus démocratique, ce n’est pas renoncer à mes opinions mais me soumettre au droit, dans l’obéissance.

Il me faut reconnaître que ce que je n’aime pas dans cette loi c’est qu’elle m’atteint moi, dans mes valeurs. Je ne suis pas la société civile, je suis juste moi, c’est moi qui suis blessé par cette loi, pas le monde. Si je prends conscience que je porte en moi cette blessure, je peux continuer à être moi et continuer à défendre mes valeurs. Mais si je combats cette loi je renonce alors à ce que je suis et à ce que je crois.

Chers lecteurs, si vous êtes homosexuels où si vous en connaissez, dites-leur: ce n’est pas vous que j’ai combattu, c’est cette loi. Aujourd’hui elle est promulguée et je défendrai cette loi, comme toutes les lois de la République et ainsi ce n’est pas moi que je combats, mais vous que je protège.