Archives par étiquette : violence

Flic ou voyou?

Ce soir en remontant ma time line sur twitter, je tombais sur ce tweet de maître Eolas:

Le lien de Me Eolas fait démarrer la vidéo à 8m9s mais je vous conseille de la regarder en entier, car il y a dans cette vidéo des éléments très choquants qui caractérisent des actes de délinquance dont certains sont commis par des policiers, mais moi ce n’est pas la même scène qu’Eolas qui me choque.

Continuer la lecture

De la violence

Le policier est le premier témoin de la violence dans la société, témoin mais aussi acteur puisqu’il est investit d’un pouvoir coercitif qui caractérise une violence légitime de l’état de droit, telle que théorisée par Max Weber au début du XXe siècle. Cette violence légitime est un monopole d’état utilisé aux seules fins de la justice, du rétablissement de l’ordre public et en cas de guerre. Cette violence légitime se traduit notamment par la réduction des libertés individuelles.

Tout usage de la violence légitime de l’état qui ne poursuivrait pas l’œuvre de justice ou la paix publique dans l’intérêt du peuple conduirait l’état dans une forme de gouvernance autoritaire ou despotique.

Cette vision s’était forgée depuis la révolution française qui inscrivit dans la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 l’article XII: « La garantie des droits de l’Homme et du Citoyen nécessite une force publique : cette force est donc instituée pour l’avantage de tous, et non pour l’utilité particulière de ceux auxquels elle est confiée. »

Depuis que je suis policier je n’ai jamais cessé d’entendre, dans les médias, dans les discours politiques ou encore dans les murmures de la société civile, qu’il faudrait bien faire quelque chose contre cette violence qui ne cesse de croître et qui gangrène notre société.

Alors quoi? Se demande le peuple, l’état est dépositaire et maître d’œuvre d’une violence légitime et il ne s’en sert pas contre ceux qui usent d’une violence qui elle n’est pas légitime?

Continuer la lecture